Un regard sur le monde

entre imaginaire, intelligence artificielle et bio-inspiration

Nous posons au cœur de notre travail l'expérimentation et la communication par l'image. L'image est un outil essentiel qui nous permet de tisser des liens, à plusieurs niveaux, entre les disciplines, les métiers, les époques, les territoires et les humains. Par le pouvoir du symbolisme visuel, elle permet de réinventer des langages, d'exprimer le sens de nos actions et d'explorer ainsi des potentiels pour l'avenir.

Nous concevons ainsi :

> des images du passé, afin de redécouvrir l'imaginaire spatial des cultures anciennes. À travers l'analyse, la présentation et la ré-interprétation des peintures et des textes historiques, nous ramenons à notre époque numérique les visions de l'espace que mettaient en œuvre les artistes et les architectes de l'époque artisanale. Invitant à décentrer le regard, ces images numériques permettent également de comprendre la profondeur historique des problématiques contemporaines de nos milieux habités.


> des images du présent, afin d'étudier l'émergence de nouveaux phénomènes spatiaux contemporains en lien avec les transitions écologique et numérique. Nous explorons des méthodes expérimentales de la cartographie qui permettent de révéler les interactions entre les systèmes naturels, humains et technologiques construisant un vaste écosystème.


>
des images du futur, afin d'imaginer l'évolution de nos villes grâce à l'intelligence artificielle, d'un côté, et à la redécouverte de la bio-inspiration de l'autre. Ces images enrichissent l'architecture de scénarios soutenables pour l'avenir de nos habitats urbains.

 


Ce qui devient évident et clair, c'est que le futur et le passé ne sont point. Et, rigoureusement, on ne saurait admettre ces trois temps : passé, présent et futur. Mais peut-être dira-t-on avec vérité : il y a trois temps, le présent du passé, le présent du présent et le présent de l'avenir. Car ce triple mode de présence existe dans l'esprit ; je ne le vois pas ailleurs. Le présent du passé, c'est la mémoire ; le présent du présent, c'est l'attention actuelle ; le présent de l'avenir, c'est son attente. (Augustin d'Hippone, Les Confessions, Livre XI)


Ainsi, l'image est la première «machine à voyager dans le temps» inventée par l'humain. Elle peut nous transporter dans le passé ou le futur, ou encore nous rendre plus attentif au présent. Les Romains mettaient des masques en cire, dites imago (d'où viennent nos images) qui leur permettaient de contacter leurs ancêtres habitant dans le monde de l'au-delà. L'imago était l'interface visuelle qui assurait la continuité de la vie par le maintien de l'existence du passé dans le présent. L'image soulage les trois temporalités de l'esprit humain dont parle le philosophe romain Augustin d'Hippone : les mémoires du passé, l'attention au présent et les attentes du futur. En tant qu'outil transtemporel, elle permet d'étudier l'évolution de nos territoires habités.