Bio-inspiration 

Viktor Schauberger, grand naturaliste autrichien du XXème siècle connu pour ses travaux liés à l’eau, avait la conviction que l'humanité doit commencer avec humilité à étudier ce que la nature nous enseigne au lieu d'essayer de la corriger. Ainsi, en plus d’être un environnement que nous devons respecter et intégrer dans nos vies, le vivant est une véritable source d’inspiration pour répondre aux enjeux sociétaux contemporains.

Nos recherches liées à la nature nous amènent à essayer de retranscrire ce savoir qu’elle nous transmet à travers le langage et le processus architectural. De plus, on retrouve plusieurs principes dans celle-ci qui nous permettent d’établir une base pour nos projets. A savoir tout d’abord que l’habitat n’est jamais celui d’une seule espèce : il accueille une multitude d’espèces qui optimisent les ressources locales et renouvelables selon différentes méthodes et qui peuvent ainsi se partager l’espace. L’habitat est donc multifonctionnel, composite, interactif, évolutif et surtout résilient. Le vivant est complexe mais nous apprend à aller à l’essentiel, c’est là que réside sa simplicité. Il admet un ordre hiérarchique mais transversal, ainsi qu’une imbrication de ses processus et fonctions. Dans son interdépendance, notamment due à son caractère cyclique, il est respectueux et humble

Ainsi, outre le fait que la nature ne cesse de nous émerveiller et de nous aider à prendre conscience de notre condition humaine, elle nous apprend à construire des habitats sains et résilients pour tous les êtres vivants, la nature nous transmet des valeurs et usages qui permettent à notre communauté d’évoluer vers une meilleure symbiose avec ses individus ainsi qu’avec son environnement. Notre objectif est aussi de rendre accessible à tous les résultats de nos recherches afin d’initier une co-conception de notre habitat du futur.

Project Helper line2.png
 
Project Helper line2.png

MARINA DI LOANO

Réaménager un port des années 1970 à travers une approche bio-inspirée

Projet primé "Golden mention" (4ème position) au concours YAC "Leisure Harbor", concernant la rénovation de la Marina de Loano en Italie, en 2021.

Il a principalement consisté en la création d'une architecture emblématique pour les espaces publics tout en essayant de répondre à la problématique suivante: quelle est la fonction des ports à l'époque du web et des smartphones ?

Notre volonté a ainsi été celle d'immerger les visiteurs dans le monde marin grâce au langage architectural afin de les sensibiliser vis à vis de notre impact sur celui-ci. Nous avons proposé de recycler des matériaux comme les filets de pêche, d'utiliser des matières bio-sourcées et locales comme le bois de chêne, de châtaignier ou d'érable pour la structure, de rendre la structure facilement démontable et adaptable à des risques naturels tels que tempêtes, inondations, canicules et enfin de créer une production d'énergie grâce aux ressources locales et à la surface couverte utilisée par les parkings.

Il y a donc deux parkings existants, centrales d'énergie éolienne et solaire, et sept pavillons interconnectés et liés à des énergies humaines proposant diverses atmosphères et usages. Leurs canopées sont inspirées des phénomènes naturels de turbulences dans le sillon des bateaux connus sous le nom d'allées de Von Karmann. Une trame et quelques règles ont aussi permis de définir l'organisation spatiale tout en restant adaptable au contexte. Enfin, nous avons intégré de la végétation locale et créé de nouvelles trames vertes en lien avec l'ensemble du territoire.

Project Helper line2.png

DANCING THE POROCITY

Aménagement de vides urbains de manière résiliente face au risque de stress hydrique

Equipe : Romy SEARLL, Caterina BIASI, Betty Debourg, Flavia MAGLIACANI, Alexandre GRADINAROV, Angel BADILLO, Adrien FOLLIOT

Projet réalisé dans le cadre du concours Europan 16 ayant pour thème “Des projets-processus créatifs pour régénérer les milieux habités”, en 2021. Parmi les sites proposés, nous avons choisi de travailler sur celui de Roquetas de Mar en Espagne concernant la stimulation d’une interface urbaine en s’intéressant particulièrement à la conception d’un îlot de logements, d’une infrastructure publique et d’espaces extérieurs végétalisés dans un vide urbain. L’ampleur du projet a mené l’Atelier CM/T, en association avec Comet Lab (label Jeune entreprise innovante 2019), à travailler avec des acteurs spécialisés en diverses disciplines comme les sciences politiques, la philosophie, l’agronomie, l’anthropologie, l’art et la recherche en urbanisme.

Il a ainsi été question de faire face au risque de stress hydrique tout en prenant en compte les enjeux socio urbains analysés. Le site présente un chaos de vides urbains en périphérie avec une aire d’agriculture intensive qui a fait l’objet de la création d’une ceinture verte et bleue, poreuse et intégratrice, définissant les frontières. Il a aussi été proposé d’optimiser le cycle de l’eau dans ses parcours, notamment de manière bio-inspirée en prenant exemple sur la plante locale “azucena marina”. A été pensée une intégration sociale éco-responsable des populations migrantes, principalement roumaine et marocaine, et locales grâce à une architecture participative. Des jardins partagés et panneaux solaires sont aménagés sur les toits et la terre est recyclée en matériaux de construction par exemple. C’est dans le partage et dans le sentiment communautaire, qu’une économie circulaire est mise en place grâce aux infrastructures créées pour les petits producteurs. Enfin, les espaces intérieurs s’adaptent à l’évolution des familles et les espaces extérieurs sont dédiés à la danse qui unit et valorise les différentes cultures et classes sociales.

Le projet “Dancing the PoroCity” est ainsi un véritable manifeste pour une architecture résiliente et intégratrice prenant en compte l’évolution et cycles des habitants, humains et êtres vivants.

Project Helper line2.png
 
 

JARDIN D'EAURMUS

Réflexion sur le jardin idéal, alliant alchimie,
artisanat et géobiologie

Equipe : Adrien FOLLIOT, Cristiana MAZZONI, Peter SEARLL, Igor BORENSZTEJN, Jean-Jacques REMIGEREAU

Project Helper line2.png

Jardin réalisé dans le cadre du Festival International des Jardins de Chaumont sur Loire de 2022, ayant pour thème le "jardin idéal".

Tel l’Alchimiste qui cherche à transmuter le plomb en or, et qui a pour but ultime de créer la pierre philosophale, le jardin idéal “Eaurmus” est l’expression matérielle d’un travail de transformation subtil prenant en compte les énergies cosmo-telluriques et humaines. L'alchimie est liée à l’idée de quintessence, d’un cinquième élément qui inclut l’esprit ou la pensée comme un élément clé dans la réalisation de réactions chimiques. Ainsi, au centre de notre jardin, coule une substance totalement innovante et archaïque en même temps - l’Ormus - un élément alchimique permettant de maximiser l’énergie vitale située dans le sol.

Appelé en anglais Orme (Orbitally Rearranged Monoatomic Elements), il existe partout dans la nature ; dans nos corps, l’air, les sols et dans différentes plantes et fruits comme l’aloe vera et le raisin rouge. Il appartient à une classe spéciale de minéraux rares et puissants, les platines, transformés alchimiquement dans leur état mono-atomique, à travers mouvements en vortex et maîtrise de l'acidité. Dans le produit final – l'Ormus - ces minéraux essentiels sont bénéfiques pour toute la vie cellulaire et agissent comme un superchargeur sur les cellules, permettant une communication plus claire de cellule à cellule, dite à haut spin et donc sans perte d'énergie. Peter Searll, l'alchimiste du jardin, le produit en Afrique du Sud à Cape Town, avec son équipe scientifique du laboratoire TransfOrmus, afin de régénérer la terre locale qui en a grandement besoin.

Un jardin idéal possède une vie abondante au-dessus et au-dessous du sol, permettant à l’ensemble de l’écosystème de prospérer. C’est en agissant au-dessous du sol, mélangé à l’eau, que l’Ormus permet aux jardiniers et aux agriculteurs de s’affranchir des engrais de synthèse et des produits chimiques nocifs. Il peut être utilisé pour reconstruire rapidement le microbiome du sol. L’Ormus ici produit est encore plus énergisé par la canalisation des énergies cosmo-telluriques à travers pierres paramagnétiques et symboles alchimiques. Celui-ci exige enfin que nous soyons attentifs au lien établi avec la nature, un lien d’amour plus que de domination et de contrôle. L’énergie subtile que contient l’Ormus et, par extension, notre jardin d’Eaurmus, a une influence au-delà de la parcelle dans laquelle il se trouve. Comme nos intentions, il a le potentiel d’avoir un impact sur le monde qui nous entoure et ceci à l’échelle planétaire.